bann23022021

Le Secrétariat Permanent pour la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (SP/GIRE), informe les médias de la création et du lancement d’un prix en journalisme pour la promotion de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) dénommé « PRIX-GIRE ». Ce prix vise à encourager les médias et à stimuler les productions sur la GIRE. La participation au PRIX-GIRE est ouverte aux journalistes professionnels de la presse écrite, en ligne et audiovisuelle du Burkina Faso. Les candidats doivent être régulièrement employés dans les organes de presse ou être des free-lance (collaborateurs). Les genres journalistiques retenus pour le PRIX-GIRE sont : l’enquête, le grand reportage, et le documentaire. Les deux meilleures œuvres de chaque catégorie seront primées. Les œuvres recevables sont celles qui ont été publiées ou diffusées entre janvier 2020 et mars 2021.

Les œuvres sont reçues du 15 au 19 mars 2021 tous les jours ouvrables de 9heures à 16heures au secrétariat du SP/GIRE, sis côté Ouest du Building Lamizana. Les candidats doivent préciser la catégorie et le genre journalistique dans lesquels ils postulent. Le règlement intérieur du PRIX est disponible au secrétariat du SP/GIRE et peut être consulté sur le site web du SP/GIRE (www.spgire.gov.bf). Pour plus d’informations, contactez le service communication au 78 47 66 59 / 76 54 26 16.

Le Secrétaire Permanent

 

Moustapha CONGO

 

Télécharger le règlement

unitePLa Police de l’eau des Hauts-Bassins dans sa mission de protection et de préservation des ressources en eau et leurs usages, a procédé, du 07 au 10 mai 2019 à Bobo-Dioulasso, au contrôle des unités de production d’eau préemballée destinée à être utilisée comme eau de boisson. Cette mission vise à assainir le secteur de la production et la commercialisation de l’eau préemballée en vue de protéger la santé des populations.

Au cours de cette sortie contrôle conduite par Florentin GARBA, responsable de la Police de l’Eau des Hauts Bassins, il s’est agi spécifiquement de contrôler l’autorisation d’implantation des forages; la régularité du contrôle de la qualité des eaux mises sur le marché à travers un protocole avec un laboratoire agréé ; le respect des dispositions environnementales (existence d’arrêté de faisabilité ou de conformité environnementale) ; le paiement de la Contribution Financière en matière d’Eau (CFE); l’autorisation d’implantation de l’unité de production et les autorisations de production et de commercialisation .Le contrôle s’est déroulé en deux (02) phases,  une première phase terrain qui a permis de contrôler vingt-cinq (25) unités et une seconde phase qui a permis d’auditionner les responsables des unités et de dresser des procès-verbaux à  transmettre au procureur du Tribunal de Grand Instance de Bobo-Dioulasso pour ceux dont la situation l’exige. Sur ces 25 unités contrôlées, seules deux unités étaient en règle, quatorze (14) unités illégales ont été fermées par la police de l’eau. Parmi elles, quatre (04) unités ne fonctionnant que la nuit ; six (06) ont pour source d’eau le réseau d’eau potable de l’Office National de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA)  et quatre (04) ont pour source d’eau des forages mais ne possèdent aucune autorisation. Sept (07) autres unités ont obtenues un délai de cinq (05) mois pour se conformer à la règlementation en vigueur car possédant au moins un protocole avec un laboratoire agréé pour le suivi de la qualité de leurs eaux. Mais, dans cette phase de contrôle, la police de l’eau des Hauts Bassins a aussi noté  deux unités en arrêt temporaire à l’arrivée de la mission. Par ailleurs, des 25 unités contrôlées, 17 ont été convoquées pour audition dans les locaux de la Direction régionale de l’eau et de l’assainissement des Hauts-Bassins et ont été sommées d’amendes allant de 50 000 à 500 000 F CFA.